Office de Tourisme de la Côte des Havres – Communauté de Communes de Montmartin-sur-Mer
30, avenue de l'Aumesle
50590 Hauteville sur Mer

Tel. 02.33.47.51.80


Retrouvez la chanson
jolie Mya rubrique Famille Plus

Retrouvez-nous sur

En savoir +

L'Office du tourisme a édité un petit ouvrage sur les pêcheries
 
 
 
17x24cm (16p.) 2 euros
 
Ce petit ouvrage illustré présente les quatre différents types de pêcheries qui existent encore dans l'Ouest du Cotentin et dans la baie du Mont-Saint-Michel.
 
Elles sont semblables dans leur conception : un piège en forme de V placé sur le rivage à mi-distance entre la laisse de haute mer et la laisse de basse mer, entre le rivage et la zone où la mer se retire au plus loin.
 
Mais elles sont différentes dans le choix des matériaux utilisés pour les construire : bois ou pierres, selon leur emplacement sur le rivage. On utilisait les matériaux qui se trouvaient à proximité ; bois à Hauteville, pierres à Granville. Mais elles diffèrent surtout beaucoup par la conception du piège final, à la pointe de la pêcherie.
 
Pêcheries en bois : il en existe trois types différents : des pêcheries à "pannes mobiles", des pêcheries à "pannes fixes" et des "bouchots" à Cancale. Le bouchot était le nom donné aux pêcheries quand elles étaient en bois. Maintenant ce terme désigne les pieux réservés à l'élevage des moules. Les pannes sont les haies de branchages.
 
Les pêcheries à pannes fixes : construites avec des pieux de chêne ou de frêne et des branchages de saule. Elles sont pourvues, à leur pointe, d'un bénâtre circulaire. Il en reste deux en Europe : "La Maillard" et "La Petite" (Hauteville-sur-Mer et Agon-Coutainville).
 
Les pêcheries à pannes mobiles : construites avec des pieux de frêne et des branches d'osier. Les pannes sont mobiles, on les démonte l'hiver. Elles n'ont pas de bénâtre, mais deux petites "ailettes"à la pointe du "goulet" pour retenir le poisson. Agon-Coutainville possède les trois dernières pêcheries de ce type en Europe : "La Charlotte", "La Pierrette", "La Louise".
 
 
Les propriétaires de ces deux types de pêcheries ont des concessions pour travailler sur le domaine public.
 
Les bouchots de Cancale : c'est leur appellation locale, sont plus imposants. Les pannes font trois mètres de hauteur à la pointe. Elles sont réalisées avec des pieux de chêne et de grosses branches de bouleau posées à l'horizontale. La pointe de la pêcherie est équipée d'un grand panier en osier "le bâchon" dans lequel on attrape le poisson. Les bouchots de Cancale sont à environ trois kilomètres du rivage, ce sont des propriétés privées sur le domaine public.
 
 
Visite guidée des bouchots-Le Vivier-sur-mer : http://www.maison-baie.com/
 
Pêcheries en pierres : dans la région de Granville les pêcheries sont en pierres, elles sont plus près du rivage car la mer se retire moins loin en cet endroit. Les murs de deux mètres d'épaisseur et deux mètres de hauteur à la pointe sont constitués de pierres de schiste posées à chant, sans aucun ciment pour que l'eau puisse s'échapper entre les pierres. A la pointe il y a une porte en granite de Chausey pourvue de deux rainures. Dans la rainure du côté de la côte est glissée une porte de bois de châtaignier : "la claie". Fermée, elle retient l'eau à l'intérieur de la pêcherie. Quand la mer descend le pêcheur progresse sur le mur jusqu'à la porte, glisse dans la seconde rainure "la carrée". C'est un cadre de bois pourvu d'un filet en forme de chaussette d'une longueur de six mètres, "la bâche".. Il lève alors la claie et l'eau s'engouffre dans la bâche. Le pêcheur lève le filet de temps en temps avec un crochet de bois, ouvre la pointe du filet qui est nouée.
Il vide le contenu du filet dans une auge en granite qui se trouve à proximité pour trier le poisson.
 
Il reste quatre à cinq pêcheries de ce type en activité : deux à Jullouville : "Le petit Poulier" et "Les grands Bras". Deux à Saint-Pair-sur-Mer : "La Drigot" et la "Garnier-Fougeray". Une à Saint-Nicolas : "La Pigeon". A Granville, devant le Casino, se trouve la pêcherie "Bordet" dite du Casino; elle est malheureusement en mauvais état et ne pêche plus. Il y a aussi entre Carolles, au sud, et Donville, au nord, une dizaine de pêcheries en ruines. Les pêcheries en pierres sont des propriétés privées sur le domaine public, car elles étaient là avant 1544.
 
 
 
Quelques sites sur Internet : il n'y a pas encore de site sur les pêcheries. Mais il y en a deux sur les écluses de Charente maritime. Les écluses sont des pêcheries en pierres de très grandes taille, situées sur l'île de Ré (14), sur l'île d'Oléron (16) et de Noirmoutier(2). Elles sont très différentes de celles du Cotentin. 

Association pour la sauvegarde des écluses : http://membres.lycos.fr/ecluses/
 
Site du Collège Jeanne d'Arc de St Jean d'Angély : 
http://pagesperso-orange.fr/groupejarc/ecluse/index.htm

Jarife. Asociación de Mariscadores de Corrales de Chipiona (Ecluses en Espagne-Andalousie-Cadix) :
http://www.jarife.org/


Le site de la ville de Boston Massachusetts (U.S.A) en anglais. Découverte, sous douze mètres de vase, d'une pêcherie en bois âgée de 5300 ans, reconstitution dans le parc de la ville de cette pêcherie en aulne et en saule.
http://www.fishweir.org/homelt.html